Honorer nos morts

bougie

Honorer nos morts
c’est une période très particulière que celle du confinement pour dire au revoir à un proche qui décède et l’accompagner dans son passage. Là où la présence physique n’est pas toujours possible pour honorer nos morts et leur dire au revoir, nous pouvons le faire au plus proche de nous-même dans un espace symbolique et sacré.
Voici le témoignage de Chloé que j’ai accompagnée.
Chloé je te remercie du fond du coeur pour ta confiance.
“Chère Emilie,
Je n’ai pas de mots assez puissants pour te signifier toute ma gratitude pour notre séance.
Je pleurais toutes les larmes de mon corps d’avoir perdu ma grand-mère. De nos adieux doublement manqués, par ces temps de confinement et une part de non-affirmation de ma part.
Ce que tu m’as offert à travers ton écoute, à travers tes invitations, à travers tes mots… Ca n’a pas de prix. C’est au-dessus de tout.
Tu m’as d’abord offert l’espace de rêver et de créer la veillée funéraire qui me tenait tant à cœur, même à distance. J’ai passé une soirée absolument magnifique entourée de mes enfants qui ont dit des choses d’une justesse et d’une beauté à couper le souffle. J’ai ensuite dormi à cet endroit, sur ma terrasse, près de l’autel, de ses photos, des bougies allumées. Je l’ai veillée, à distance, pour cette dernière nuit avant sa mise en terre.
Et puis, lors de notre séance, où je voulais dire Adieu, Pardon et Merci à ma chère grand-mère, qui a joué un rôle si important, si fondateur dans ma vie.
Tu m’as offert l’espace d’une dernière rencontre. Celle qui n’a pas pu se faire en vrai, mais qui a eu lieu grâce à toi. J’ai vu son regard pétillant, j’ai perçu tout son amour, toute sa bienveillance. J’ai senti son pardon, toutes ces anicroches n’avaient plus d’importance.
Je l’ai prise dans mes bras, malgré la distance, le covid, malgré tout.
On n’avait pas besoin de plus de mots que ça.
Tout était là.
Tout notre amour, entier, inconditionnel, et éternel.
Et moi qui me sentais seule, dernière représentante des lignées des femmes m’ayant mise au monde, tu m’as reconnectée à la force de cette lignée, qui est derrière moi, qui me soutient, qui me soutiendra.
Toutes ces histoires de femmes, tous ces combats, toute cette transmission.
Tout cela ne sera pas vain.
J’en suis désormais l’héritière. La gardienne. Je porte le flambeau.
Je porte le flambeau de l’Amour. de l’Affirmation. de la Générosité.
J’ai ouvert les yeux sur toutes les sœurs qui m’entouraient. Si nombreuses. Si vivantes. Si chatoyantes. Si inspirantes.
Je leur ai écrit. Je leur ai demandé leur soutien. J’ai osé affirmer ce qui me ferait immensément plaisir.
Et dans les heures qui ont suivi notre rendez-vous, j’ai reçu. J’ai tant reçu.
Des chants. Des textes. Des poèmes. Des slams.
C’est fou. Tout cela est arrivé le jour de mon anniversaire. J’ai beau être confinée et endeuillée, j’ai la sensation de n’avoir jamais été aussi gâtée et aussi entourée pour un anniversaire.
Je me sens plus légère. Plus apaisée. Plus alignée. Plus en paix.
Il n’y a pas de mots pour te remercier Emilie.
Ta justesse. Ton écoute véritable. Ta subtilité. Ton questionnement si concis, si précis, si juste. On était au plus près de moi, sans que tu ne plaques quoi que ce soit. J’entendais mes mots que tu avais si bien saisis au vol, tout sonnait si juste. Je reconnais à nouveau ton grand talent, mais là l’enjeu était tel, que ton talent brille de mille feux.
Tu m’as offert le plus précieux qui soit : cet adieu avec ma grand-mère.
Du fond du cœur, MERCI, Emilie.”
Chloé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *