Une société performante sans chef et avec 800 employés heureux, c’est possible

Jean-Michel Queginer, fondateur de Bretagne Ateliers a réussi un petit miracle: créer une société de 800 employés dont plus de 500 en situation de handicap.

Non seulement cette société fonctionne mais elle fonctionne sans hiérarchie, l’usine est organisé en villages d’une douzaine de personnes. Chaque village désigne un pilote qui coordonne les activités du village. La consultation est dans l’ADN de l’entreprise et la pyramide est inversée: lorsqu’un problème est identifié, ou une proposition d’amélioration, c’est l’employé sur le terrain qui l’a identifié(e) qui est responsable de sa résolution. Un changement de paradigme ! Les ingénieurs viennent alors à son service pour trouver la solution.

La qualité est une obsession chez Bretagne Ateliers. Lorsqu’on demande à des entreprises telles que PSA ou Airbus quel est leur meilleur fournisseur ils répondent sans hésiter Bretagne Ateliers. Ici pas question de cacher les problèmes, l’identification des problèmes et leurs résolutions et un signe de performance et d’amélioration continue. La simplification et l’amélioration permanente sont au centre de la démarche de Bretagne Ateliers.

L’innovation est aussi au coeur de la démarche. Des temps sont alloués pour tous les employés, quel que soit leur niveau de qualification, pour inventer. Et ça fonctionne: parmi la centaine de brevets déposés depuis la création de Bretagne Ateliers, plus d’une dizaine ont été proposés par un ouvrier caractériel témoigne Jean-Michel Queginer.

Mais c’est surtout l’humain qui est au coeur de la démarche de Jean-Michel Queginer. Pour ce dirigeant pas comme les autres, le métier premier d’un dirigeant est de se connaître soi-même, connaître sa vision de la vie, le rôle qu’il veut tenir et ce en quoi il croit…

Son leitmotiv: donner l’envie d’avoir envie… Les employés viennent travailler avec plaisir car ils se sentent valorisés. L’autonomie qui leur est donnée, la convivialité qui y règne, le souci d’avancer tous ensemble, les rites mis en place pour favoriser les échanges et les liens, la stimulation de leur créativité, tout ceci concourt à donner envie.

Et à l’intention que Jean-Michel Queginer a mis de rendre son entreprise éternelle…

« L’entreprise n’a qu’une seule fonction: créer du lien avec les autres. S’il n’y a pas d’hommes dans l’entreprise, il n’y a plus d’entreprise. Le profit économique est une résultante du lien, de la qualité du lien. Et la qualité du lien est une résultante de l’amour qu’on y met dedans, un lien productif d’envie, un lien où on se rend agréable aux autres et où on se sent reconnu dans ces éléments là. »

 

bretagne atelier

Mener une existence créative

Un jour d’hiver en 2015, une décision claire m’apparaît: je choisis d’écouter la voix de mon cœur, inconditionnellement, où qu’il m’emmène…

Je sens qu’il se dessèche, que je ne l’écoute plus, qu’il est temps de changer de direction pour retrouver du sens et de la joie.

C’est le début d’une folle aventure, pas après pas dans l’inconnu…

Quitter un CDI confortable, ne pas savoir exactement où je vais, ni comment, repartir de zéro… Ma tête se pose des questions, s’inquiète… Je l’écoute tranquillement et choisis de suivre malgré tout la voix de mon cœur, la voie de mon cœur…

Lui me dit que je peux créer MA vie, me dit d’être fidèle à moi-même et d’oser ce qui me parait impossible, m’aligner avec ce qui a du sens pour moi…

Pas après pas, je l’écoute, je voyage, je me forme, je marche un pèlerinage de 850 km, je me lance dans de nouvelles activités, j’ose proposer au monde ce qui me tient à coeur, j’ose sortir des sentiers battus, je partage, je teste, je fais des erreurs, je reteste, je doute, je traverse mes ombres, je garde le cap avec pour seul baromètre, pour seul GPS, les élans de mon cœur…

Parfois  mes vieux réflexes me reprennent et j’ai envie de reprendre le contrôle, de maîtriser les résultats, de planifier… Et rien ne se passe comme je le voyais dans mes plans… Alors je lâche et je me laisse à nouveau porter par les élans de mon coeur…

Et la vie devient très créative… A chaque instant je peux me réinventer, créer… A chaque instant je me laisse surprendre par où mon cœur m’emmène… A chaque instant je remercie mon cœur de connaître le chemin.

Et je sens mon cœur qui s’ouvre chaque jour un peu plus, émerveillée par cette possibilité de créer ma vie à chaque instant , d’offrir au monde qui je suis et de recevoir tant en retour.

Je ne sais pas encore où il continue de m’emmener, mais je sais qu’il connaît le chemin alors je le suis, en courant comme le propose Rumi, ou en dansant !

Et toi, quels sont les élans de ton cœur? Que te murmure-t-il ? Quel rêve te montre-t-il? Prends-tu le temps de l’écouter? Quelle confiance as-tu en lui? Comment mets-tu ton mental et tes actions au service de qui tu es vraiment, guidé par ton cœur?

heart-knows-768x768

Aller au bout de ses projets

road-908176_1920

Vous est-il arrivé d’avoir une idée, une envie, un rêve et de le laisser aux oubliettes?

Vous est-il arrivé qu’une idée, une envie, un rêve deviennent un projet dans lequel vous décidez de vous lancer? La recherche d’un nouvel emploi, d’un logement, de nouvelles responsabilités professionnelles, la création d’une activité, l’apprentissage d’un nouveau sport, loisir ou instrument de musique?

Ce projet vous enthousiasme. Vous y mettez votre énergie, vous acceptez d’y passer du temps, vous sentez l’élan, la motivation pour porter ce projet…

Et puis, avec le temps, la réalisation devient difficile, les choses ne se passent pas exactement comme vous le vouliez, cela devient ennuyant, inconfortable, difficile, fatigant… Cela vous oblige à sortir de votre zone de confort, vous confronte à vos peurs, vous sentez peut-être la confiance en vous qui s’étiole, la motivation qui baisse, l’élan qui se réduit, l’envie de procrastiner, de passer à autre chose.

Et vous vient alors une nouvelle idée, un nouveau projet, vous arrêtez tout pour démarrer ce nouveau projet….

 

Et si, vous décidiez de traverser l’inconfort …

Et si, vous alliez au bout de ce premier projet…

Et si c’était là que se trouvaient les plus beaux apprentissages…

Et si c’était là où tout votre potentiel peut se déployer pleinement en gagnant en maturité, en précision, en ampleur, en impact…

Persévérer, s’engager à aller au bout de ses projets, garder le cap…

Observer ce qui n’a pas marché et s’en servir comme d’un tremplin pour apprendre… Améliorer, apprendre par itérations, observer ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas pour s’adapter. Développer sa créativité et son sens pratique pour trouver un moyen écologique pour soi de continuer dans le respect de ses besoins et dans l’écoute de soi.

Thomas A. Edison, pionnier de l’électricité, a écrit « Je n’ai pas échoué. J’ai seulement trouvé 10.000 moyens qui ne fonctionnent pas. »  Imaginez s’il n’était pas allé au bout de sa recherche, s’il s’était découragé, à quel point son futur aurait été différent, et celui de l’humanité…

Quelques pistes lorsque vous vous sentez découragé…

Qu’ai-je déjà accompli dans ce projet dont je suis fier? Quelles ressources ai-je utilisé pour cela? Qu’est ce qui me donne de l’énergie dans ce projet ?

Qu’est ce qui est difficile aujourd’hui dans la réalisation de ce projet? Qu’est ce qui me prend de l’énergie ? Qu’est ce que ça m’apprend ? Comment puis-je adapter ma démarche, apprendre de mes erreurs? Quelle aide je pourrais demander?

Qui serai-je si je réussissais pleinement ce projet? Quelles pépites se cachent derrière mes peurs ? A qui/à quoi je reste fidèle en n’allant pas jusqu’au bout?

« Le succès c’est être capable d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme. » Winston Churchill

La roue de la vie : trouver mon équilibre de vie

L’été est l’occasion de prendre des vacances, de ralentir …

Avant de repartir de plus belle…

Alors plutôt que de s’imaginer déjà foncer tête baissée à la rentrée et se laisser envahir par les urgences du quotidien, et si j’en profitais pour DECIDER où j’ai envie de mettre mon énergie cette année ?

Je vous propose pour cela, un outil qui peut être utilisé en auto-coaching qui s’appelle la roue de la vie :

roue de la vie template

Prenez un moment pour évaluer sur chaque axe de votre vie, de 0 à 10 le temps et l’énergie que vous y consacrez aujourd’hui, le centre étant le niveau 0. Si un des axes proposés ne vous parle pas, vous pouvez le remplacer par une autre dimension de votre vie qui vous parait importante.

Reliez les points de chaque axe avec un trait de couleur, qui représente votre situation actuelle.

Prenez maintenant un moment pour évaluer sur chaque axe, de 1 à 10 le temps et l’énergie que vous aimeriez y consacrer, avec la conscience qu’une journée ne dure que 24H et que vous choisissez en conscience quels axes vous aimeriez renforcer, et peut être à quels axes vous seriez prêts à consacrer moins d’énergie en contrepartie.

Reliez les points de chaque axe avec un trait d’une autre couleur qui représente votre intention, votre équilibre désiré.

Exemple:

roue de la vie ex

Prenez un moment pour observer comment vous vous sentez face à ces roues de vie présentes et désirées ? Qu’est-ce qui vous frappe ? Qu’est-ce que ça vous fait de voir cela ?

Qu’êtes-vous prêt à faire pour renforcer les axes souhaités ? Quelles actions concrètes ?

Qu’êtes-vous prêt à arrêter de faire ou à moins faire pour libérer du temps et de l’énergie à vos priorités ?

Comment comptez-vous vous y prendre ? Comment cela affectera vos proches ? Qu’est-ce que cela vous apportera d’avoir mis la priorité sur tel aspect ?

Sur quelles ressources comptez-vous vous appuyez, avec l’aide de qui ?

Qu’est-ce qui vous freine pour aller vers ce nouvel équilibre ? Quel est le prix à payer?

Pour aller plus loin, n’hésitez pas à me contacter pour une séance d’accompagnement.

Mesurer le chemin parcouru et célébrer !

Merci (Thank You in French)

Sur le chemin de ma vie, sur la route que j’ai décidé de prendre, prends-je le temps de parfois me retourner un instant et mesurer le chemin parcouru ? Prends-je le temps de me féliciter pour tout ce que j’ai entrepris, tous ces pas, petits et grands que j’ai déjà posé pour me rapprocher de moi-même, toutes ces victoires intérieures ?

Prends-je le temps de regarder autour de moi, à cet instant et reconnaître tout ce que j’ai déjà ?

Ou suis-je déjà en train de penser à là où j’ai envie d’aller, là où je ne suis pas encore, qu’est ce que je pourrais faire de plus, et plus vite ?

Prendre le temps de faire un Stop, reconnaître le chemin parcouru, honorer et célébrer tout ce que j’ai déjà accompli et reçu, les petites et grandes victoires intérieures, celles qui ont pu passer inaperçues mais qui représentent de grands pas sur mon chemin  me permet de me connecter à un état de détente et de gratitude :

Détente d’être exactement au bon endroit au bon moment même si mon intention est de continuer à avancer, j’honore là où j’en suis sur mon chemin et je célèbre.

Gratitude pour ce que je suis et tout ce que j’ai déjà de beau dans ma vie:

Loin d’être « bisounours », la pratique de la gratitude demande de l’engagement, celui de sortir du statut de victime et de reconnaître les belles choses de notre vie. Cela peut même être de remercier parfois des événements qu’on ne comprend pas encore ou qu’on a vécu comme un échec ou une difficulté pour ce qu’ils ont à nous enseigner.

Selon plusieurs études scientifiques, être reconnaissant envers la vie et capable de repérer des moments de bonheur dans une journée, prolongerait notre espérance de vie. Le sentiment de gratitude génère de la dopamine, hormone du plaisir et de la sérotonine hormone du bien-être… Alors pourquoi s’en priver ?

Une pratique de gratitude : prendre une boite et y déposer chaque jour un message de gratitude, pour quoi ai-je envie de dire merci aujourd’hui?

Et de temps en temps relire tous ces messages de gratitude et honorer le chemin parcouru !

En entreprise, cela peut être un rituel régulier de célébrer en équipe les petites et grandes victoires et que chaque membre de l’équipe puisse exprimer pour quoi il a de la gratitude.

 

 

Comment réagir lorsque je me dévalorise ? Confiance, estime et amour de soi

Comment réagir lorsque je me dévalorise ?

autoempathie

lorsque je me dévalorise, que je me juge, que je ne me sens « pas assez », que je me sens envahie par des émotions désagréables, que je me sens triste, en colère, que j’ai peur, comment réagir?

Un premier niveau est de distinguer mes comportements de mon identité

si je ne me sens « pas à la hauteur », si je me juge, je peux me rappeler que c’est dans une situation bien particulière avec un comportement bien particulier et que je ne suis pas mon comportement. Ainsi je peux devenir l’observateur de mon comportement et avec bienveillance me poser la question: comment je me sens face à cette situation ? Puis-je reconnaître que c’est ainsi à ce moment et ne pas en faire une généralité (« c’est toujours comme ça »), ou une projection (« je n’y arriverai jamais ») ? Dans quelles autres situations ai-je pu me comporter différemment ? Sur quelles ressources je m’étais alors appuyé?

Qu’ai-je à apprendre de cette situation ? Comment pourrai-je me comporter différemment la prochaine fois?

Ainsi je sors de la dévalorisation et en mettant de la conscience, je reprends mon pouvoir d’action.

Ce niveau agit sur la confiance en soi.

Un deuxième niveau plus profond est celui de l’estime de soi: puisque je ne suis pas mon comportement, quelle valeur je me donne en tant qu’être, en tant qu’individu ?

Reconnaître que quoi que je fasse, quoi qu’il m’arrive, je suis une personne de valeur car je suis unique. Cette reconnaissance, d’ordre inconditionnel me permet de me reconnaître comme une belle personne, digne d’amour et de respect. L’estime de soi est alors nourrie par ma capacité à m’accepter tel que je suis, à ne plus me juger, à m’écouter, me respecter et m’affirmer.

Mais au fond, ce niveau dépend encore d’une notion de valeur: j’ai besoin de nourrir la valeur que je me donne pour nourrir mon estime de moi-même, comme une plante a besoin d’eau régulièrement pour grandir, l’estime de soi a besoin d’être nourrie par des références positives.

Apparaît alors une troisième voie, celle de l’amour de soi: quoi que je fasse, quelle que soit la valeur que je me donne, je choisis ici et maintenant de m’aimer, de m’accueillir tel que je suis. Cette voie peut être explorée avec le processus d’auto-empathie de la Communication Non Violente:

– Accueillir mes sensations corporelles qui font que dans l’instant je me dévalorise, identifier dans quel endroit du corps cela se manifeste et offrir un espace bienveillant pour me laisser traverser par ses sensations.

– M’ouvrir à ce qui me touche, laisser l’émotion monter et l’accueillir comme on accueillerait un invité dans notre maison, avec beaucoup de respect, de douceur, et d’empathie, en mesurant l’intensité de ce qui est vécu et en restant avec,

– Le voir comme un messager précieux, lui poser la question, « quel besoin n’est pas nourri dans cette situation ». Une fois le besoin nommé, je peux observer si mon corps se détend, signe que le besoin a été reconnu.

– Puis je peux me demander quel petit pas pourrai-je faire pour aller vers la satisfaction de ce besoin.

Ainsi quand je me dévalorise, je m’offre l’auto-empathie, cet accueil de ce qui est, qui me permet de goûter à la détente et qui n’est conditionnée par rien.

Et si nous repensions notre rapport au féminin ?

soft

En cette journée des droits de la femme, et si nous repensions notre rapport au féminin ?

Notre société et la plupart de nos organisations se sont fondées sur un modèle patriarcal fondé sur l’autorité, la performance et le contrôle, ce qui a structuré une croissance mais qui montre aujourd’hui un certain nombre de dérives et de limites.

Et si nous repensions nos organisations pour un meilleur équilibre entre masculin et féminin…

L’égalité des droits passe aussi par le droit d’être pleinement soi-même en tant que femme quelle que soit l’organisation ou l’entreprise dans laquelle chacune se trouve.

Et si nous laissions chacun et chacune d’entre nous se montrer pleinement avec toutes ses parts féminines et masculines :

Se montrer déterminé, engagé avec l’envie de construire l’avenir oui !

Et pourquoi pas aussi accueillir sa part empathique, celle qui prends soin, sa part réceptive, celle qui écoute, celle qui a besoin de temps de recueillement, sa part fluide, celle qui s’adapte à son environnement plutôt que planifier et contrôler, sa part créative et intuitive, sa part vulnérable, au-delà des masques.

Encourager les organisations à offrir un cadre sécurisant de confiance pour permettre à chacun(e) d’oser tout cela, d’oser être pleinement soi-même, c’est mon souhait pour permettre à tous les hommes et toutes les femmes de se reconnecter en conscience à qui ils sont au fond d’eux-mêmes pour retrouver un alignement intérieur, un lien authentique aux autres et une motivation profonde au service de quoi ils contribuent.

 

Donner du sens

tailleur_de_pierre

« Une brève histoire soufie […]

Un touriste visite un chantier où deux ouvriers, tailleurs de pierre, travaillent avec zèle, il demande au premier « Que faites-vous ? » et celui-ci lui répond rageusement : « Vous ne voyez pas ? On m’a ordonné de tailler ce satané caillou pour en faire un cube. C’est ridicule. » Puis le touriste pose la même question au deuxième ouvrier, qui lui répond avec un sourire placide : « On m’a engagé pour que je taille la première pierre d’une magnifique mosquée. »

Le premier ouvrier est hors de lui, car il ne voit pas la finalité de ses actes. Le second sait à quoi va servir son oeuvre. »*

Avec la confiance et la reconnaissance, un des piliers de la motivation des employés consiste à donner du sens à leurs actions.

Quel sens trouvez-vous à votre rôle, à votre équipe, votre département? Le partagez-vous avec vos équipes? En quoi s’inscrit-il dans une finalité globale de l’entreprise, et plus largement au service de quoi?

*extrait de la famille, un trésor, un piège, d’Alexandro Jodorowsky

L’art de l’écoute- dix clés pour une écoute active

ecoute.png

«Parler est un besoin, écouter est un art » disait Goethe

C’est en tout cas un signe de grande maturité chez les managers.

Dans un quotidien bien chargé, prenez-vous le temps d’écouter vos équipes ?

Voici dix clés pour une écoute active :

  1. Poser des questions ouvertes permet d’ouvrir l’espace de parole à votre interlocuteur
  2. Reformuler vous offre la possibilité de vous assurer d’avoir bien compris ce qui est exprimé
  3. Laisser de la place au silence permet à votre interlocuteur d’aller au bout de ce qu’il a à dire et de se sentir complètement accueilli, lui laisser le temps de s’exprimer
  4. Écouter avec tout le corps et pas seulement avec le mental, observer le non-verbal de la personne qui parfois peut donner un autre message que ce qui est exprimé par les mots
  5. Être présent avec bienveillance et non jugement ouvre un espace de confiance pour que votre interlocuteur se livre avec authenticité
  6. S’impliquer activement dans l’écoute : en étant pleinement présent dans l’instant et disponible pour recevoir de l’autre, trouver un espace qui permette de ne pas être interrompus
  7. Être en lien avec les émotions de l’autre, pouvoir les accueillir sans gêne, avec empathie et être conscient de ses propres émotions en l’écoutant
  8. Ne pas projeter mon vécu sur l’autre, rester « écran blanc » pour pouvoir recevoir pleinement son message sans y projeter de votre vécu
  9. Ne pas savoir pour l’autre, écouter avec la curiosité du débutant même si vous croyez savoir ce que l’autre exprime, partir du principe qu’on ne peut pas savoir ce que l’autre vit.
  10. Écouter simplement pour découvrir et pas pour répondre, l’exigence de fournir une réponse empêche parfois d’écouter jusqu’au bout car nous sommes alors déjà en train d’anticiper notre réponse avant même que l’autre ait fini de s’exprimer.

 

« qui parle sème, qui écoute récolte » disait Pythagore. Alors prêt à récolter?

 

Pour aller plus loi,, n’hésitez pas à me contacter pour une formation manager coach qui vous donnera les outils et la pratique pour un leadership authentique, et participatif